TOP 5 des façons pour faire un drop de NFT

Dans cet article, nous allons analyser 5 façons de faire son drop des NFT.

Pour rappel, un drop correspond au lancement d’une collection NFT. Les acheteurs doivent minter un NFT – l’inscrire sur la blockchain (en général Ethereum). Pour vous aider à comprendre, nous donnerons des exemples à chaque fois. Nous analyserons également les avantages et les défauts de chacune des façons de faire un drop.

1. Premier arrivé, premier servi (First Come First Serve => FCFS)

Comme vous l’avez compris, ici, c’est le premier qui arrive qui est le premier servi, et qui a donc le droit de minter son NFT. Dans l’idée, il faut donc arriver dans les premiers afin de pouvoir minter son NFT. En général, les NFT partent rapidement, il faut donc être rapide. 

Il existe cependant des variantes à cet type de drop NFT :

  • Ouvert à tous : Chacun peut minter son NFT, tant qu’il y a encore en vente. C’était par exemple le cas des Bored Ape Yacht Club
  • Réservé : Pour pouvoir minter son NFT, il faut déjà avoir eu un NFT de la précédente collection. C’est par exemple le cas des Blitnauts, qui sont réservés aux holders de Blitmap. 
  • Sur tirage au sort (raffle) : Cela implique l’utilisation d’un système de tirage au sort pour attribuer un nombre limité de places sur la whitelist. C’était par exemple le cas de Boki
  • Avec un système de tiers : Dans ce style de drop, les NFT ont chacun un prix de mint différent en fonction du tiers auquel vous appartenez. Les tiers peuvent aller par exemple de tiers 1 à tiers 5, plus vous avec de token, plus votre tiers est élevé. C’est le même fonctionnement que pour les launchpads. C’est notamment les cas des Hashmasks

Les avantages :

  • Simple à mettre en oeuvre pour les créateurs
  • Simple à utiliser pour ceux qui mint. 

Les défauts :

  • Beaucoup de demande pour ce type de drop, ce qui peut entraîner une congestion du réseau et des frais de gas élevés (surtout sur ETH). 
  • Les transactions peuvent échouer plus facilement. 
  • Les bots sont dans les parages.. !
  • Il faut faire attention au fuseau horaire et vous devrez parfois vous lever dans la nuit pour tenter de minter le NFT.

2. Les ventes aux enchères “à la Hollandaise”

Dans ce type de drop de NFT, la collection commence à vendre des NFT avec prix de mint initial (par exemple 10 ETH), et le prix baisse de manière régulière (par exemple 0.25 ETH toutes les 30 minutes) jusqu’à qu’on atteigne un prix plancher ou que tous les NFT soient vendus. Dit autrement, cette technique consiste à mettre aux enchères un bien à un prix plus élevé que sa valeur et dont le prix baisse progressivement, jusqu’à qu’on trouve un acheteur. 

Exemples :

  • Azuki : Cas particulier pour cette collection. La mise aux enchères s’est faite en janvier 2022 au prix initial de 1ETH, mais toute la collection a été vendue sans que son prix ne baisse !
  • Veefriends : Le prix de cette collection était de 2.5 ETH et son prix est descendu jusqu’à 0.5 ETH.
  • Art Blocks : Pour limiter la “guerre de frais de gas” (mentionné plus haut) et pour supporter les artistes plutôt que les mineurs, la Dapp Art Blocks a donné aux artistes la possibilité de lancer leurs collections via ce type d’enchères durant l’été 2021.

Les avantages :

  • Cela apporte de la transparence lors du processus d’enchères des NFT.

Les défauts :

  • Les collectionneurs les plus riches sont favorisés, car ils peuvent se permettre de minter le NFT avant que le prix de ne descende trop bas.

3. Les free mints

Dans ce type de mint, les seuls coûts associés au mint du NFT sont les frais de gas lors de la transaction. Ce n’est donc pas totalement gratuit (rien ne l’est jamais d’ailleurs…) mais le coût est vraiment minime. Comment les revenus sont-ils générés dans ce cas, si c’est presque gratuit ? Tout simplement grâce aux redevances sur le marché secondaire. Si vous vendez votre NFT, le créateur de la collection touche un certain pourcentage sur la vente.

Exemples : 

  • Loot : La collection a été créée par Dom Hofman et elle est sortie en aout 2021. Tous les NFT ont été réclamés en quelques heures. A l’heure où ces lignes sont écrites, le floor price est de 0.95 ETH (7800 NFT pour 2600 holders).
  • Goblintown :  La collection de NFT gratuite, le floor est monté à plus de 7 ETH au mois de juin, aujourd’hui le floor est à 2 ETH
  • Cryptopunks : Sans doute la collection la plus connue de ce classement. Et bien difficile de l’imaginer, mais lors de sa sortie en 2017, tous les CryptoPunks étaient “free to claim” !

Les avantages :

  • Un prix extrêmement bas, ce qui rend le mint accessible au plus grand nombre. 
  • Les créateurs de la collection touchent une redevance à chaque fois que le NFT s’échange sur le marché secondaire. 

Les défauts

  • La montée en puissance des places de marché NFT à frais réduits / à frais nuls pourrait éroder les perspectives de revenus des projets de free mint.
  • Les bots sont dans les parages ! Très difficile d’avoir accès à ce genre de mint.

4. Les “Nounish Auctions”

Cette façon de minter des NFT a été lancée par Nouns DAO. Cela implique de générer et de mettre aux enchères un nouveau NFT chaque jour indéfiniment. Certains projets proposent plusieurs mint de NFT chaque jour.

Exemples :

  • Nouns DAO : “Un nom, chaque jour, pour toujours”. Voila le concept du projet. Le protocole génère un avatar à partir d’une banque de traits, et met cet avatar aux enchères, une fois par jour. Chaque utilisateur peut placer placer un ordre aux enchères pour tenter de récupèrer le mint du NFT.
  • Lil Nouns DAO : Les enchères ont lieu toutes les 15 minutes, chaque jour.
  • WizardsDAO : Les enchères ont lieu 3 fois par jour, jusqu’à que la max supply atteigne 2000 NFT.

Les avantages :

  • C’est une nouvelle façon de minter son NFT, assez créative. 
  • La communauté autour des NFT s’accroit de manière graduelle. 
  • Le rythme et les paramètres peuvent être personnalisés. 

Les défauts

  • C’est encore très expérimental.
  • Il peut y avoir une forte demande, ce qui peut rendre le mint inaccessible pour beaucoup.
  • Si vous comptez utiliser ce genre de mint pour votre collection de NFT, le code est assez complexe

5. Les éditions ouvertes (Open edition)

Dans ce type de mint, il n’y a pas de max supply pour la création de NFT. 

Les exemples

  • Les EO infinies : Dans cette collection, il y a une supply possible infinie et le mint ne s’arrête jamais. Un exemple parmi d’autres serait “The Room if Inifinite Paintings”.
  • Les EO avec durée : Dans ce cas, il n’y a pas non plus de max supply, mais il n’y a la possibilité de minter que durant une durée limitée chaque jour. C’est par exemple le cas de “State of Mind”, qui a duré 3 jours et a levé 123 ETH.

 

Les avantages :

  • Très flexible pour les créateurs et les collectionneurs, car chacun peut en avoir un si il en veut un. 

Les défauts :

  • Encore au stade expérimental.
  • La valeur du NFT peut chuter si il y a un grand nombre sur le marché.

Conclusion

Voici les stratégies de lancement les plus utilisés sur le marché d’aujourd’hui, nous allons suivre des près les évolutions et nous allons vous informer dès qu’on découvre une nouvelle méthode de drop

Abonnez-vous à nos réseaux pour être informé de toutes les actualités du secteur des NFT